S'identifier - S'inscrire - Contact

Nos rédacteurs

                
Mbarka Ben Haj Mohamed

 Marjolaine Tichoux

Lotfi Ben-Yahia    
                          
Tajudine Mansur


Claire Le Pape   
 
                          
Hadia Khammassi


 Fanette Dessard   


"Yusuf" Aygun



  La Plume Masquée

  Céline Gasser

 

 

  Sarah Ouennas

 Amina Bennacer 

 Marguerite 






Intouchables : le film...touchant !

Maryem, élève de Terminale ESL, n'en revient toujours pas du "kiffe" qu'elle a eu en allant voir "Intouchables". Impressions et critiques.

Par Maryem El Hannoudi • Culture • Lundi 12/12/2011 • 0 commentaires  • Lu 1309 fois • Version imprimable

     Intouchables : Le film (2 novembre 2011) qui a déjà  fait plus de 10 millions d’entrées. Inspiré de faits réels,  réalisé par Eric Toledano et Olivier Nakache, il raconte une  rencontre entre  un millionnaire tétraplégique, Philippe Pozzo di Borgo, joué par l’excellent François Cluzet et Driss,  un jeune de banlieue,  interprété par l’humoriste Omar Sy (du SAV des émissions sur Canal+).


      Philippe, tétraplégique depuis une chute de parapente décide d’organiser un entretien pour embaucher un auxiliaire de vie afin de l’aider  à accomplir les  tâches du quotidien. Driss, fraîchement sorti de prison, se présente à l’entretien seulement pour obtenir une signature qui va lui permettre de continuer de toucher les Assedics (le « chômage »). Contre toute attente,  Driss obtient l’emploi car Philippe se sent avec lui comme une personne lambda oubliant parfois son handicap. En effet, Driss n’éprouve aucune pitié pour Philippe et se montre sincère. 

      Cette rencontre,  au début pourtant mal engagée,  les précipite dans le commencement d’une histoire fusionnelle qui rapproche deux mondes très différents. Ensemble, ils réussissent à faire cohabiter les "Quatre saisons" de Vivaldi et « Boogie Wonderland » de  Earth Wind and Fire.  Les alexandrins de Philippe et l’argot de Driss ne semblent faire qu’un. C’est le début d’une histoire d’amitié sur laquelle personne n'aurait parié.

      Ce film  a su mettre fin aux stéréotypes de l’handicapé qui s’apitoie sur son sort ou encore ceux du jeune de banlieue qui  ne sait rien faire. En effet, « pas de bras pas de chocolat », cette blague lancée par Driss semble être déplacée mais quand les deux personnages finissent par prendre le parti d'en rire au fil de leur relation, c’est la fin des n
on-dits sur le handicap. Handicap : ce mot semble aujourd'hui presque tabou mais dans ce film,  l’humour prend le dessus sur les complexes, la honte et l'apitoiement.


L'avis de la rédactrice :

   
"Pour ma part, lorsque j’ai lu l’histoire je m’attendais à un film qui déborde de pathos,  mais non, on sort de la salle de cinéma avec le sourire. Dans la salle,  les rires explosaient à l’unisson et le silence régnait  lors de scènes plus émotives. Ce film nous apprend à accepter nos différences et  à apprécier chaque moment de la vie.  Je vous le conseille car vous ne serez vraiment pas déçus. Faites vite avant qu’il ne soit plus à l’affiche !"


Vous avez aimé ? Partagez cet article !